Rêver et créer sa propre école – quatrième billet d’une série de neuf

Introduction

Ce quatrième billet, vous présente comment la direction d’une école en France a créé son école idéale ainsi que ses classes de rêve et tout cela en étroite collaboration avec la communauté et les parents.

Du 8 janvier au 9 février 2018, je suivrai un stage à l’école du Colibri en France, un établissement scolaire spécialisé dans la pédagogie de la coopération et situé sur un site agrotouristique. Je serai insérée à une classe de CM2 (5e année) et des classes de l’Ontario suivront mon aventure. Je publierai une série de neuf blogues (billets et vidéos) pour partager cette expérience pédagogique extraordinaire avec vous.

 

Rêver et créer sa propre école – quatrième billet d’une série de neuf

Pensez à votre salle de classe de rêve. Que vous soyez membre du personnel enseignant ou élève, vous l’avez tous probablement déjà imaginée. Isabelle Peloux (directrice du Colibri) n’a pas seulement osé imaginer son école de rêve, elle l’a construite.

Les enfants de l'école ont beaucoup de temps pour jouer dehors.

Jouer dehors est important pour les élèves de l’école Colibri en France.

Une école sur un site agrotouristique

L’école a été construite sur un site agrotouristique, les Amanins. La philosophie des lieux consiste à rapprocher la nature des humains dans cet esprit qu’ils qualifient de « sobriété heureuse ». En somme, une sobriété où l’on se fait plaisir. Tout a été construit pour réduire au plus bas l’empreinte écologique et être autosuffisant. Sur le site des Amanins, il est possible de suivre des séminaires, des forums, des formations, de passer des vacances à la ferme, de faire des classes découvertes…

 

Une école privée abordable et un esprit communautaire

D’abord, il faut savoir qu’ici, en France, les écoles privées (sous contrat ou non, de l’Éducation nationale) c’est fréquent. Par contre, les frais de scolarité peuvent y être très élevés. Pour Isabelle Peloux, il était hors de question d’ouvrir une école qui ne soit accessible qu’à l’élite. Par mois à l’école du Colibri, il n’en coûte que 115 euros (matériel pédagogique, repas du midi et collations compris). Pour que les frais d’exploitation restent bas, il n’y a pas de concierge, ni de secrétaire ou d’employé. Les parents dont les enfants fréquentent l’école doivent faire 10 demi-journées de travail par année (par enfant). Tous les midis, des parents viennent faire le service des repas et la vaisselle; le mercredi c’est le grand ménage et aléatoirement il y a des tâches diverses (ex., réparer la clôture de l’école). Tous les enfants sont aussi assignés à diverses tâches d’entretien dans l’école. Seriez-vous prêts à vous engager à ce point dans l’école de votre enfant tout en conciliant le travail?

Ce n’est quand même pas évident; néanmoins de ce système se dégage un sentiment d’appartenance et d’esprit communautaire. L’école n’est pas seulement un établissement; c’est aussi un lieu auquel parents et enfants sont attachés, comme si c’était leur deuxième maison.

Apprendre en s'amusant et en collaborant !

Apprendre en s’amusant et en collaborant !

Le lieu physique

L’école du Colibri, qui compte 38 élèves, est composée de deux salles de classe et d’une grande salle commune. Chaque matin et midi, il y a toujours un moment de rassemblement. Il y a une grande cour extérieure avec une petite colline, des arbres et beaucoup de matériaux pour construire des cabanes. L’école a accès à la ferme des Amanins, la bergerie, le poulailler, la fromagerie, la boulangerie, la cantine et la cuisine. Tout est à environ trois minutes de marche et les groupes d’enfants se déplacent fréquemment sur les lieux à l’extérieur. À quoi pourrait bien ressembler le milieu d’apprentissage idéal pour les élèves d’aujourd’hui?

Des moments de rassemblement important.

Avoir le loisir de prendre le temps d’apprendre.

Donner le temps d’apprendre et ne pas toujours précipiter les choses

Depuis mon arrivée, s’il y a une chose qui m’a beaucoup marquée c’est de prendre le temps. Les journées d’école sont plus longues ici (9 h à 17 h). Mais avec les longues pauses et autres activités qui sortent du cadre académique, on en arrive au même temps d’enseignement que chez nous. Isabelle Peloux se plait à dire qu’avec l’horaire du Colibri on respecte plus le rythme d’apprentissage des enfants. Ces derniers ne vont à l’école que quatre jours par semaine (lundi, mardi, jeudi et vendredi).

Se rassembler favorise entre autre la collaboration et l''apprentissage des principes du vivre ensemble.

Se rassembler favorise entre autre la collaboration et l »apprentissage des principes du vivre ensemble.

L’école du Colibri, par son esprit de collaboration, et étant donné qu’elle se trouve en pleine nature, permet de renforcer l’apprentissage des élèves. Les enfants (et même les parents) ont ce sentiment d’appartenance et de sécurité qui leur permet de ne pas avoir peur de l’erreur. Ils sont plus sujets à explorer et donc à être créatifs. Comme on le sait, l’affectif précède le cognitif. L’école du Colibri est un bel exemple où l’environnement social et physique permet de développer le potentiel de chaque élève.

Les enfants apprennent à collaborer.

Apprendre en construisant des cabanes…c’est merveilleux !

Et vous, à quoi ressemblerait votre école de rêve?

Quatre classes au niveau moyen de l’Ontario suivent mon aventure :

  • celle de de Robert Brisson à l’école élémentaire catholique Saint-René-Goupil du Conseil scolaire catholique Mon avenir à Guelph;
  • celle d’Elizabeth Riche à l’école élémentaire catholique Horizon-Jeunesse du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est à Ottawa;
  • celle de Denise Vachon à l’école élémentaire publique L’Académie de la Seigneurie du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario;
  • celle de Jean-François Sylvestre à l’école élémentaire publique Passeport Jeunesse à Hearst du Conseil scolaire public du Nord Est de l’Ontario.
Partager l'article
Écrit par
Je suis étudiante de 2e année à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa au cycle primaire-moyen. En janvier et février 2018, je serai à l’école du Colibri en France, un établissement scolaire spécialisé dans la pédagogie de la coopération. Curieuse de nature, j’adore tout ce qui touche à l’apprentissage par enquête et la technologie. Pour moi, éducation rime avec communauté, esprit critique, climat positif, et sorties à l’extérieur de la salle de classe.
Derniers commentaires
  • LINDA LOVE

    Merci encore Caroline de nourrir mes réflexions sur l’école de mes rêves… De ton expérience je continue d’y déceler des coups de coeur. Donner amplement de temps pour apprendre est tellement important et pourtant, si difficile à réaliser dans notre société actuelle… il faut vraiment avoir la sagesse de s’arrêter, de bien jauger le temps nécessaire à l’apprentissage pour nos élèves. tout en reconnaissant le défi de ne pas donner trop de temps… qui devient alors du temps mort…

    Je me suis arrêtée aussi au lien des Amanins pour mieux comprendre le contexte de l’école et je trouve leur site fort intéressant ! Le laboratoire de la paix est bien illustré dans le court métrage » Quels enfants laisserons-nous à la planète et Quelle planète laisserons-nous à nos enfants? »
    Très touchant aussi de découvrir l’historique de la création des 3 grands établissements formant les Amanins … historique assis sur une philosophie qui ramène en questionnement ce que signifie réussir une vie… Merci encore pour une autre belle bouchée de réflexion Caroline!

    • Caroline BD

      Oui, c’est difficile dans notre société d’avoir la sagesse de s’arrêter. Avec mon expérience à l’école du Colibri je réalise qu’il faut apprendre et parfois réapprendre en douceur plutôt qu’en vitesse. Et, il faut remettre de la valeur dans l’énergie humaine. Le danger comme vous soulignez c’est de savoir faire la balance pour ne pas avoir des « temps morts ». Le contexte des Amanins est unique est fort intéressant. Mon objectif pour moi dans nos classes de l’Ontario c’est de faire la balance avec ce retour aux sources, la simplicité, la nature et la technologie (ne pas aller que dans un extrême). Merci pour vos commentaires qui sont très enrichissants!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE