Penser à l’élève avec le cœur?

Un jour, Rita Pierson, enseignante depuis 40 ans, entend une collègue dire : « Je ne suis pas payée pour aimer les élèves. » Sa réponse à sa collègue fût : « Les enfants n’apprennent rien des personnes qu’ils n’aiment pas. »

Les paroles de madame Pierson nous rappellent l’importance d’aimer les élèves et de veiller à leur bien-être. Elle appelle avec passion les enseignants à croire en leurs élèves et à établir de vraies relations humaines avec eux. Découvrons comment se vit la bienveillance dans une école franco-ontarienne.

Grâce aux Grandes entrevues de l’équipe provinciale d’accompagnement du CFORP, nous avons la chance d’apprendre à connaître des personnes inspirantes en éducation. Pour cette troisième entrevue, nous avons choisi de converser avec Tammy Cantin, directrice de l’École élémentaire catholique Saint-Joseph du Conseil catholique Franco-Nord. Durant l’entretien, elle nous présente les grandes articulations de son projet de mise en œuvre de pratiques bienveillantes.

Qu’est-ce qu’une école bienveillante?

« Pour créer une culture de bienveillance et de sécurité dans les écoles, il faut d’abord savoir à quoi ressemble une telle culture. Une école sécuritaire et bienveillante est un lieu où tous les partenaires – élèves, personnel, parents et membres de la communauté – traitent les autres de façon juste, respectueuse et courtoise et agissent de manière socialement responsable avec tous les membres de la communauté scolaire. C’est une communauté d’inclusion où la diversité est affirmée dans un cadre de valeurs communes et où tous les membres participent à la prise de décisions et collaborent pour promouvoir le bien-être de tous. Une communauté de ce type se caractérise par des relations interpersonnelles fondées sur la bienveillance et la collaboration, dans un cadre de valeurs communes qui comprend :

  • le respect des valeurs démocratiques, des droits et des responsabilités;
  • le respect de la diversité culturelle;
  • le respect des forces de l’ordre; et
  • le respect des différences individuelles.

Il est important d’adopter des attentes claires et cohérentes à l’égard des comportements, de même que des rôles appropriés et positifs véhiculés par le personnel et les élèves. »

Source : Écoles bienveillantes

Des pratiques gagnantes pour une école bienveillante

À l’École élémentaire catholique Saint-Joseph, Mme Cantin organise régulièrement des rencontres portant sur le bien-être. Ces rencontres regroupent les enseignants, la personne chargée du bien-être, la personne-ressource et les intervenants de l’école comme la travailleuse sociale, la technicienne en éducation spécialisée (TES) et les surveillants. Une journée complète remplie d’activités est même entièrement consacrée au bien-être! De nombreuses pratiques gagnantes et novatrices quant à la pédagogie, à l’administration, au leadership et à la littératie des données et du monitorage en ressortent.

Les forces structurantes sont réellement axées sur le climat scolaire positif et la bienveillance. En circulant dans l’école, nous y voyons une zone d’autorégulation, des élèves qui pratiquent des sessions de pleine conscience, d’autres qui bâtissent et se servent de leur boîte à outils, ainsi que des enseignants qui accueillent chaleureusement les élèves et leurs collègues. De plus, le bien-être fait partie du plan stratégique de l’école (PAÉ). L’horaire et l’aménagement de l’école ont été adaptés pour mieux répondre aux besoins des élèves. Enfin, l’équipe-école s’engage dans un processus d’amélioration continu axé sur les données, dont la voix des élèves fait partie intégrante.

Pourquoi parler de bienveillance?

Pas encore convaincue ou convaincu? Énumérez toutes les raisons de valoriser le bien-être de chaque élève. Vous trouverez quelques indices ci-dessous!

http://www.edu.gov.on.ca/fre/students/speakup/premsac.html

(Sketchnote sur le bien-être des élèves)

À la suite du visionnement, nos conversations convergent toutes vers une grande idée : l’importance d’aimer chaque élève. Madame Pierson nous dit que les enfants n’apprennent pas des enseignants dont ils ne se sentent pas aimés. Prenons quelques minutes pour réfléchir aux enseignantes et aux enseignants qui ont marqué notre parcours scolaire. Quelles sont ces personnes? Comment nous ont-elles fait sentir importante ou important?

« Chaque enfant a besoin d’un champion, d’un adulte qui croit en son plein potentiel, qui ne l’abandonnera jamais et qui le poussera à être le meilleur d’elle-même ou de lui-même. »

(traduction libre de Rita Pierson).

Nous pensons souvent à notre legs pédagogique… mais quel sera celui de nos relations humaines?

Partager l'article
Écrit par
Mélanie Lescort
Mélanie est conseillère pédagogique, en appui aux initiatives ministérielles, au CFORP. Elle œuvre auprès des douze conseils scolaires de langue française de l’Ontario afin d’offrir de l’appui matière de littératie, d’ALF et du PANA. Elle a enseigné en contexte minoritaire franco-ontarien, notamment dans les écoles secondaires de l’Est ontarien ainsi qu’à la Cité collégiale. Elle termine présentement ses études doctorales au sein du programme de lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Elle s’intéresse à la littératie, à l’actualisation de la langue française, à l’accueil et à l’accompagnement des élèves nouveaux-arrivants ainsi qu’au leadership, à l’équité et à l’inclusion. Son rôle d’accompagnatrice et de facilitatrice auprès des équipes pédagogiques des conseils scolaires nourrit sa réflexion sur le rôle d’agent de changement et d’agent moral du praticien en éducation. Elle apprécie chaque occasion qu’elle a de grandir comme coapprenante auprès de si formidables pédagogues.

Chantal Larivière Au cours des 24 dernières années dans le système scolaire ontarien, Chantal a été enseignante au cycle préparatoire, au cycle primaire et, depuis 2 ans, conseillère pédagogique du conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario, affilié à l’équipe TacTIC du CFORP. Ce rôle lui a permis d’approfondir les pratiques nécessaires pour la mise en oeuvre de l’apprentissage par l’enquête dans la salle de classe. Aussi, elle a participé à l'élaboration de plusieurs ressources sur l’enquête, dont Curiosité naturelle, éditions 1 et 2. En mai 2015, elle a été récipiendaire du Prix d’excellence en enseignement de la capitale d’Ottawa et, en 2016, du prix Bernard-Grandmaître – volet « intervenante en éducation ». Lors de son passage en Italie en mars 2018, elle a participé à la semaine d’étude à Reggio Émilia et elle complète présentement sa certification d’enseignante certifiée pour l’école de la nature. Partant de la prémisse que tous ses élèves sont compétents et naturellement curieux, elle leur propose de nombreuses occasions pour enquêter.
Dernier commentaire
  • Avatar

    Pouvez- vous venir dans notre école pour expliquer votre pédagogie?
    Institut Le Tremplin Enseignement Spécial Secondaire
    Rue de la Bouverie, 25
    7700 Mouscron Belgique

    Nous sommes dans le Hainaut!
    Nous sommes un peu dépassés par le comportement
    de 25% de nos élèves!!!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE