EN DIRECT de la classe de 4e année de madame Josanne Yelle

Le cadre des compétences globalesLe développement des compétences globales en numératie

C’est le 21 février 2019 qu’a eu lieu notre deuxième diffusion « En direct de la salle de classe ». Pour l’occasion, Madame Josanne Yelle de l’école élémentaire catholique de Sainte-Trinité du Conseil scolaire du district catholique de l’Est ontarien nous a accueillies dans sa salle de classe de 4e année.

La tâche à accomplir

Pendant cette diffusion en direct, les élèves de madame Josanne Yelle avaient comme tâche une résolution de problème authentique afin d’offrir des pistes de suggestions aux enseignantes de la maternelle.

Madame Jocelyne et madame Mélissa voudraient concevoir de nouveaux tapis pour les élèves de maternelle pour le rassemblement. Elles aimeraient différents tapis avec différentes formes et différentes couleurs construits à l’aide de mosaïques géométriques. Nous allons les aider à concevoir les tapis, à s’assurer qu’ils seront assez grands pour s’asseoir dessus, mais pas trop grands pour prendre trop de place et à trouver le coût des tapis.

 

Consignes spécifiques :

  • Chaque forme doit être utilisée au moins une fois (hexagone, losange, triangle, trapèze)
  • Le tapis doit être en forme de triangle ou de quadrilatère
  • Le contour doit mesurer entre 18 et 24 unités (le côté du triangle est 1 unité)
  • La première compagnie qui fabrique les tapis a donné un prix à madame Jocelyne selon la surface du tapis. Calcul la valeur de ton tapis si un trapèze a une valeur de 1½.
  • Madame Mélissa a appelé une deuxième compagnie. Avec cette compagnie, les triangles ont une valeur de ⅓. Calcul la valeur de ton tapis si un triangle a une valeur de ⅓.

 

L’observation en salle de classe

En direct de la classe de 4e année de madame Josanne Yelle

À la suite de l’observation

L’observation en salle de classe a donné lieu à des conversations pédagogiques riches en partage et en questionnement au sein des équipes d’accompagnement TacTIC et AIM. Voici donc quelques réflexions à propos des questions que nous nous sommes posées.

 

Question 1

On peut observer la compétence de la collaboration lorsque « les étudiantes et étudiants apprennent des autres, et contribuent à leur apprentissage en construisant de façon collaborative des connaissances, des sens et un contenu ». Comment se vit-elle dans cette classe de 4e année?

« La collaboration semble être une pratique instaurée… c’est évident que ce n’est pas la première fois qu’ils travaillent de cette façon. »

« Les élèves avaient un respect pour les uns pour les autres. Excellent climat de classe! »

« Le climat de classe était propice à la collaboration. Un calme pédagogique! »

« L’aménagement des tables et de la salle de classe facilite la collaboration. »

Il existait un climat bien établi dans la salle de classe, et chaque élève entretenait des relations positives et respectueuses qui favorisaient le développement de leurs compétences cognitives, interpersonnelles et personnelles tout en occupant différents rôles au sein d’une équipe.

 

Question 2

De quelles façons les compétences suivantes se manifestent-elles (Technologie, matériel de manipulation)?

  • Pensée critique et résolution de problèmes
  • Innovation, créativité et entrepreneuriat
  • Apprendre à apprendre, conscience de soi et apprentissage autonome

« Faire une erreur n’était pas négatif! Ils étaient même dans l’assurance que c’était tout le contraire. »

« La pensée critique est évidente ainsi que la prise de risque. C’est tellement important! »

« Les élèves persistaient, continuaient à essayer lorsqu’ils n’avaient pas le résultat prévu. C’est une preuve de persévérance. »

« J’ai remarqué que les élèves utilisent bien leur temps. »

La tâche a permis aux élèves de prendre des risques, de trouver des solutions aux problèmes dans l’intention d’offrir des suggestions de forme de tapis aux enseignantes de la maternelle. Les élèves se questionnent, réfléchissent, font preuve de jugement et prennent des décisions basés sur des critères lors de leurs échanges.

 

Question 3

À la lueur de ce que nous avons vu et de la rétroaction offerte par les pairs et par madame Josanne, quelle compétence est la plus visible en classe? Quelle est celle qui doit être plus encouragée, voire travaillée, chez ce groupe d’élèves?

« Les élèves voulaient partager. »

« Elle s’assure que tous comprennent, non en donnant la réponse, mais en questionnant stratégiquement! »

« La conversation s’est poursuivie, et elle a utilisé le tableau blanc. »

« Les commentaires d’élèves ont fait avancer la discussion et ils l’ont effectivement conclue »

« Madame Josanne laissait des moments de silence lorsqu’elle posait des questions. Belle pratique! »

« Un temps de réflexion est important! »

 

Voici un exemple de rétroaction efficace que nous avons pu observer :

Enseignante : « Est-ce que tu me parlais du contour à 26? »

Élève : « Non! »

Enseignante : « Tu me parlais de… »

Élève : « Je te parlais de ces triangles verts là. »

Enseignante : « Peux-tu me montrer qu’un triangle vert c’est 1, si tu sais qu’un trapèze est 1 et demi? »

Élève : « Ah! On n’a pas pensé à ça, encore. Nous, on pensait à… (il pointe le tableau). »

Enseignante : « Eh bien, penses-y d’abord, je vous reviens. »

 

Le questionnement joue un rôle crucial dans la rétroaction efficace. L’art de questionner est tout simplement un incontournable! Le fait que l’élève ajoute le mot encore constitue une preuve qu’il apprend dans un contexte sécurisant où l’échange, le questionnement, le dialogue et le contexte favorisent la pensée critique ouverte et respectueuse.

Partager l'article
Écrit par

Nathalie occupe le poste de conseillère pédagogique en Premières Nations, Inuit et Métis et appuie les initiatives ministérielles au CFORP. Elle accompagne les 12 conseils scolaires francophones et favorise des liens avec des partenaires communautaires et autochtones. Elle a enseigné durant 23 ans aux paliers intermédiaire et secondaire dans trois provinces et a été agente de liaison communautaire pour l’initiative Élargir l’espace francophone. Mère d’une famille exogame de 5 enfants, elle est très fière de vivre en français et de créer des moments qui solidifient leur appartenance à la communauté francophone, et ce, tout en soutenant la dualité linguistique. 

Aucun commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE